• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 12 août 2010

Pourquoi le TOP 14 est-il de plus en plus attractif ?

12082010

bouclier.jpg

Vendredi 13 Août, c’est la reprise du TOP 14 avec la première journée de championnat qui commencera cette année comme elle s’était terminée l’an passé. C’est l’ASM de Vern Cotter qui a finalement vaincu la malédiction qui pesait sur Clermont-Ferrand en décrochant le bouclier de Brennus l’année dernière à l’issue de sa quatrième finale d’affilée et après 10 tentatives infructueuses dans son histoire. En battant Perpignan 19-6, Clermont-Ferrand remportait enfin le trophée qui lui échappait tant. C’est face à Perpignan que les Clermontois commencent la nouvelle saison 2010-2011 demain lors de la première journée du TOP 14.
Ce championnat est de plus en plus attractif et attire les meilleurs joueurs d’Europe et de l’émisphère Sud. Pour comprendre l’engouement qu’il suscite, il est intéressant de rappeler les règles de base qui ont bâti son succès :

Les règles du Top 14

Depuis l’an passé, le Top 14 est riche en rebondissements jusqu’aux ultimes journées de championnat. Car si le premier et le second du classement sont automatiquement qualifiés pour les demi-finales, le troisième et le quatrième doivent disputer un play-off ou match de barrage contre le cinquième et le sixième. Le seul avantage qu’ils retirent de leur troisième et quatrième place c’est de pouvoir recevoir chez eux leur futur adversaire dans ce match qui fait figure de quart de finale car il donne un billet d’accès au quartet des phases finales. Les demi-finales se disputent toujours sur terrain neutre.
Le TOP 14 associe donc à la fois la formule d’un championnat classique qui oppose 14 équipes qui constituent l’élite du Rugby Français au cours de 26 journées. Mais à l’issue de ce championnat, le TOP 14 a tous les charmes des matchs de coupe qui sont des matchs à couperet où une équipe va jouer toute une saison sur 80 minutes ou plus… Il y a donc 6 équipes qui sont concernées par la phase finale tandis que les deux derniers du championnat, le treizième et le quatorzième sont automatiquement rétrogradés la saison suivante en Pro D2.
Lors de chaque journée, une défaite rapporte 0 point à une équipe, un match nul 2 points et une victoire 4 points.
Mais l’équipe qui remporte un match avec plus de trois essais d’avance sur son adversaire remporte un point supplémentaire de bonus offensif et donc empoche en l’espace d’une journée le pactole de 5 points. L’équipe qui s’incline avec 7 points d’écart ou moins sur son adversaire (c’est-à-dire un essai transformé) remporte un point supplémentaire de bonus défensif.
Donc les règles du TOP 14 visent à rendre le championnat passionnant et riche en suspense jusqu’aux dernières journées comme ce fut le cas la saison passée où quatre équipes étaient concernées par la sixième place : le Racing Metro, Brive, le Stade Français et le Biarritz Olympique. C’est finalement lors de l’avant-dernière journée à Colombes que le match Racing Metro – Biarritz a déterminé le sixième.

2010 : une année faste pour le Rugby Français

Si l’on dresse le bilan de la saison 2009-2010, on ne peut tirer que des motifs de satisfaction pour le rugby Français. Il y a d’abord eu le grand chelem remporté par l’équipe de France dans le Tournoi des VI Nation. S’il fallait une autre preuve de la bonne santé du rugby Français, c’est dans la finale de la Heineken Cup qu’il faut la chercher. On a eu droit à une finale Franco-Française entre le Stade Toulousain et le Biarritz Olympique au Stade de France. C’était un match de haut vol qui nous rappelle que le TOP 14 est vraiment le meilleur championnat Européen.

2011 : l’année de tous les espoirs

En effet, le TOP 14 est de plus en plus relevé car on assiste depuis l’année dernière à une redistribution des cartes avec l’arrivée de deux nouveaux acteurs majeurs dans le Top 14 qui bousculent la hiérarchie établie : le Racing Metro et Toulon. Ces deux clubs ont beaucoup de points communs car ils représentent respectivement dans le sud-est de la France pour Toulon et dans l’Ile de France pour le Racing Metro une oasis méridionale dans des régions où le rugby est beaucoup moins populaire que dans le Sud-Ouest. C’est également deux clubs de légende qui ont un passé glorieux mais qui végétaient en Pro D 2 au milieu des années 2000 avant qu’un nouveau président n’arrive pour injecter de l’argent et offrir un projet ambitieux. Du coup, la baisse de régime du Stade Français l’an passé trouve également une explication : les joueurs de Max Guazzini ne sont pas plus faibles qu’avant, c’est leurs adversaires qui sont de plus en plus forts!

L’année du rugby qui commence demain aura pour point d’orgue la coupe du monde en Septembre et Octobre 2011 en Nouvelle-Zélande. C’est donc une année charnière pour de nombreux joueurs qui tiennent à gagner leur place en équipe de France.

Quelle équipe peut-elle succéder à l’ASM ?

L’ASM pourra-t-il réaliser un doublé historique après son succès l’an passé ? Il s’en est en tout cas donné les moyens avec un recrutement haut de gamme. En effet, le 3ème ligne des Blaks, Sione Lauki, revient en France. On l’avait connu il y a quelques années à Nevers. Il espère relancer sa carrière à Clermont car il n’a plus été rappelé dans le squad des Blaks depuis deux ans. C’est un troisième ligne perforateur, solide, originaire des Tonga. Il a évolué à 19 ans en Fédérale 2 en France. Avec ses 119 kilos, il dégage une énorme force physique, car il allie puissance et rapidité. Il a été sélectionnée en 2007 pour la coupe du monde avec les All-Blaks. Clermont réunit toutes les conditions pour qu’il réussisse à se relancer puisqu’il y retrouvera parmi ses compatriotes, le coach Vern Cotter, ses anciens coéquipiers aux Chiefs, Tasesa Lavea et Kevin Senio. Clermont dispose donc d’un nouvel atout pour confirmer cette saison et jouer les premiers rôles dans la H Cup. L’année précédente a vu l’éclosion de Morgan Parra qui s’est imposé en équipe de France en tant que demi de mêlée. De nombreux joueurs Clermontois forment l’ossature de l’équipe de France : Rougerie, Pierre, Domingo, Parra, Lapandry, Bonnaire, Malzieu. Sans compter ses nombreux joueurs étrangers tels que le talonneur Argentin Mario Ledesma, l’ouvreur Australien Brock James, le trois-quart aile fidjien Napolioni Nalaga ou le trois-quart centre Sud-Africain Joubert. Sione Lauaki, avec ses 17 sélections chez les Blacks est un sérieux renfort. Les jaunarts sont donc candidats à leur propre succession histoire de prouver que ce premier bouclier de Brennus n’est pas un accident de l’histoire.

Toulon

Toulon a fait une saison exceptionnelle l’an dernier en dépassant les objectifs que le club s’était fixé. En échouant en demi-finale du TOP 14 après prolongations contre Clermont et en perdant en finale du Challenge Européen contre Cardiff, les joueurs du président Mourad Boudjelal ont bousculé l’ordre établi dans le rugby Français en jouant les premiers rôles dans le Top 14, deux ans après leur accession dans l’élite. Son recrutement bling-bling n’est pas étranger à ces résultats avec notamment la présence dans l’effectif Varois de la star du Rugby Anglais, l’ouvreur Jonny Wilkinson qui a terminé deuxième meilleur buteur du TOP 14. Cette année, le recrutement est tout aussi ambitieux avec l’arrivée de trois grosses stars pour étoffer l’effectif Toulonnais : l’ailier Anglais Paul Sackey, le troisième ligne Wallaby George Smith et le pilier Néo-Zélandais Carl Hayman. La surprise du chef c’est quand même l’arrivée de George Smith, l’un des meilleurs troisième ligne au monde. Comme les joueurs qui évoluent en Europe ne peuvent pas être sélectionnés, George Smith a donc renoncé à la sélection Australienne pour se lancer ce nouveau défi dans le championnat de France. Il compte 110 sélections chez les Wallabies. Il est le flanker et même l’avant Australien le plus capé de l’histoire. Il est devenu le plus jeune joueur de l’histoire à atteindre la barre des 100 sélections à 29 ans et 4 jours. Il a déjà été élu 4 fois meilleur joueur Australien du Super 12 (avant qu’il ne s’appelle le Super 14). Grâce à George Smith, Paul Sackey (la fusée anglaise) et Carl Hayman (le pilier néo-Zélandais), Toulon a donc effectué un recrutement galactique qui pallie largement le départ de Sony Bill Williams qui a fait le choix de retourner en Nouvelle-Zélande dans l’optique de la coupe du monde 2011 qu’il rêve de disputer. Toulon disposera cette saison d’une troisième ligne redoutable avec George Smith, Joe Van Niekerk, Juan Martin Fernandez-Lobbe, Joe El Abd et Olivier Missoup. Depuis l’an passé et sa victoire à Toulouse 6-3, Toulon monte en puissance. Si le TOP 14 s’était joué au nombre de victoires, les Toulonais auraient fini premiers. Ils ont d’ailleurs fini fort la saison en enchaînant 10 victoires consécutives.

Le Racing Metro

Le Racing Metro jouait les premiers rôles dans le championnat de Pro D2 il y a trois ans avec Toulon. Aujourd’hui, ces deux clubs sont devenus deux places fortes du TOP 14. Les Ciel-et-blanc poursuivent cette année leur ascension dans les sommets du rugby Français commencée en 2006 quand le président Jacky Lorenzetti a repris les rennes de ce club. Le Racing s’est distingué par son recrutement bling-bling la saison passée avec trois têtes de gondoles : Sébastien Chabal, le sportif préféré des Français, Lionel Nallet, l’ancien capitaine de l’équipe de France et François Steyn, le plus jeune joueur de l’histoire à avoir remporté la coupe du monde avec l’Afrique du Sud en 2007 à seulement 20 ans et 5 mois. Sébastien Chabal, surnommé également Hannibal Lecter, l’animal ou le Boucher, a fait un retour gagnant en France l’année passée avec le Metro Racing. Selon une étude de la société Opta, il a été l’un des avants ayant gagné le plus de terrain balle en main. Chabal a terminé deuxième avec 969 mètres gagnés pour 22 matchs disputés derrière Chris Masoe qui a parcouru 992 mètres en 25 matches. Cette année encore, le président Lorenzetti a frappé un grand coup sur le marché des transferts en enrôlant Juan Martin Hernandez, l’ouvreur Argentin qui a fait les beaux jours du Stade Français par le passé. Ce joueur est surnommé  » el mago  » car à lui tout seul, il peut faire basculer le cours d’un match. Après une saison noire où il a été blessé au dos et n’a pas pu disputer le Super 14 avec les Natal Sharks, il aura à coeur de se relancer en France dans le top 14. Celui qui est considéré comme l’un des meilleurs joueurs au monde est donc de retour dans le championnat de France au Racing Metro où il sera associé en charnière au transfuge de Perpignan, le demi de mêlée Nicolas Durand, qui après avoir disputé deux finales consécutives avec les Catalans souhaite donner un nouvel essor à sa carrière. Hernandez est également un joueur polyvalent : il peut évoluer à la fois à l’ouverture, au poste d’arrière ou de centre. Il n’en n’est pas moins insaisissable pour ses adversaires tant il est à l’aise ballon en main, habile au pied. Il rend ses coéquipiers meilleurs. Sous les ordres de Fabien Galthié, c’est à l’arrière qu’il a fait longtemps le bonheur du Stade Français avant d’être repositionné à l’ouverture lors de la saison 2006-2007. En 2007, il a été élu meilleur joueur du championnat de France de rugby. C’est une distinction qui a été décernée pour la première fois à un joueur étranger. Si le Stade Français a raté sa saison l’an dernier, c’est en grande partie due à l’absence de son chef d’orchestre. Le Racing a également cassé sa tirelire pour faire venir à Colombes le prometteur trois-quart aile de Bayonne, Benjamin Fall. Ce joueur de 21 ans est une des stars du TOP 14 qu’il a éclaboussé de son talent l’an passé en terminant deuxième meilleur marqueur d’essais avec 7 réalisations en 15 matchs joués. Il a commencé le rugby il y a à peine 6 ans dans sa ville natale de Langon. Il a honoré sa première sélection avec le XV de France durant l’automne dernier contre les Samoa en inscrivant son premier essai avec les Bleus. C’est un ailier qui a des ailes, virevoltant, racé qui allie puissance et vitesse. Son transfert a coûté 506 000 euros aux dirigeants du Racing (clause libératoire de 300 000 euros plus 206 000 euros d’indemnités de formation). C’est une somme qui fait de Benjamin Fall le plus gros transfert de l’histoire du rugby professionnel en France. Au Racing Metro, il retrouvera Henry Chavancy, le trois-quart centre avec lequel il a remporté la coupe du monde des moins de 20 ans. Pierre Berbizier l’alignera peut-être cette année au poste d’arrière. Enfin le recrutement du Racing Metro est étoffé par les venues de Brugnaut le pilier international Français et de Mirco Bergamasco le trois-quart aile Italien qui évoluait au Stade Français.

Le Stade Toulousain

Le Stade Toulousain joue la carte de la stabilité en conservant un effectif pléthorique de bons joueurs. A Toulouse, les remplaçants sont des titulaires décalés. A la tête de cette équipe depuis 17 ans, Guy Novès a réussi l’an passé l’exploit de se qualifier pour la 17ème fois d’affilée en demi-finales du championnat. Il sait néanmoins que dans le rugby moderne on ne peut pas courir deux lièvres à la fois. Aussi-a-t-il fait l’impasse sur le championnat l’an passé pour se consacrer à la H Cup qu’il a remporté à l’issue d’un match somptueux contre Biarritz. Cette année Toulouse perd Jean-Baptiste Elissalde qui prend sa retraite en tant que joueur mais qui intègre le staff de l’équipe. Guy Novès mise sur la jeunesse car il a décidé de ne pas remplacer Elissalde afin de mieux lancer le jeune Nicolas Bézy dont l’année 2010-2011 pourrait coïncider à son éclosion dans l’élite. Les joueurs du Stade Toulousains servent d’ossature à l’équipe de France comme le talonneur William Servat, le troisième ligne et capitaine, Thierry Dusautoir, le demi-d’ouverture Frédéric Michalak, les trois-quart centre Jauzion, Fritz ou David, les trois-quart ailes Clerc ou Heymans. Enfin Médard et Poitrenaud à l’arrière.

Le Racing Metro, Toulon, Toulouse et Clermont sont les quatre favoris.
Mais Biarritz, le Stade Français, Perpignan et Castres peuvent faire office d’outsiders. 8 équipes peuvent être championne et cette incertitude est formidable pour le TOP 14 qui devrait nous garantir un suspens digne des plus grands polars!

Le Biarritz Olympique

Lors de la dernière décennie, le BO est l’équipe la plus titrée avec le Stade Toulousain et le Stade Français. Les Biarrots ont remporté le championnat en 2002, 2005 et 2006.
Sur le marché des transferts, le BO enregistre l’arrivée de l’ancien pilier du Stade Français, Sylvain Marconnet. Après 13 ans au Stade Frnaçais où il était un des tauliers, Sylvain Marconnet veut relancer sa carrière à un an de la coupe du monde. Après le départ de Dominici l’an passé, il y a eu une cassure pour Sylvain Marconet qui a rendu son brassard de capitaine. Dans la capitale, il a tout connu, la remontée en 1997 et cinq titres en 1998, 2000, 2003, 2004 et 2007. Il a également disputé deux finales de coupe d’Europe en 2001 et en 2005. Il s’est imposé au fil des saisons comme l’un des meilleurs piliers au monde. Il va apporter à Biarritz l’expérience d’un joueur international depuis 1998 qui a remporté à 4 reprises le Tournoi des VI Nations dont deux grands chelems. C’est le pilier Français le plus capé de l’histoire. Biarritz pourra compter sur ses cadres : Barcella (pilier), Thion (Deuxième ligne), Harinordoquy (troisième ligne), Yachvili (demi de mêlée), Traille (trois-quart centre), N’Gwenya (le rapide trois-quart aile américain) et Balshaw (l’arrière Anglais). Wenceslas Lauret, le jeune troisième ligne d’origine Réunionnaise pourrait être la confirmation de la saison. On attend beaucoup de ce joueur qui a tapé dans l’oeil de Marc Lièvremont qui l’a retenu pour la tournée d’été du XV de France. C’est un candidat sérieux pour la coupe du monde en troisième ligne.

Perpignan

C’est la seule équipe à avoir terminé la saison en remportant tous ses matchs à domicile. Aimé Giral demeure donc un bastion imprenable dans le Top 14. Néanmoins, sa dernière saison a connu des hauts et des bas comme par exemple cette défaite incroyable en H Cup à Trévise qui était réputé plus faible sur le score de 9-8. A l’intersaision, le club a perdu son demi de mêlée Nicolas Durand parti au Racing. Il a été remplacé à ce poste par l’ancien joueur d’Albi, Boulogne. Il n’y a pas eu de révolution puisque Perpignan a joué la carte de la stabilité en conservant ses joueurs confirmés comme Nicolas Mas, le pilier international, le trois-quart centre Maxime Mermoz, ou la révélation de la saison passée, le troisième ligne d’origine Camerounaise, Tchale-Watchou. Jacques Brunel, le coach Catalan pourra compter une nouvelle fois sur Tchou-Tchou comme le surnomment affectueusement les supporters. D’origine Camerounaise comme Serge Betsen ou les Frères NTamak, Robins Tchale-Watchou est la révélation du dernier championnat. Il rêve de porter le maillot de l’équipe de France même si une sélection en équipe Espoir du Cameroun pourrait briser ce rêve.

Le Stade Français

Le Stade Français a perdu des joueurs majeurs comme Marconnet, Kayser, Messina, Gasnier ou Bergamasco sans véritablement se renforcer. Au regard de leur dernière saison blanche, on voit mal comment une équipe amputée de Marconnet pourrait être meilleure d’autant plus qu’il y a eu un nivellement par le haut dans le TOP 14. Michael Cheika, l’ancien cador du Leinster (vainqueur de la H Cup en 2009) a pour mission de ramener de la discipline et du talent dans cette équipe. N’enterrons pas trop vite cette équipe qui récupère son maître à jouer, le demi de mêlée Dupuis qui avait écopé de 6 mois de suspensions suite à sa fourchette en H Cup sur l’Irlandais Ferris. Si l’on y regarde de plus près, cette équipe dispose d’une grosse pointure dans chaque ligne : Sarzewski (Talonneur), Papé en deuxième ligne, Parisse en troisième ligne, Dupuy en demi de mêlée, Beauxis à l’ouverture, Bastareaud comme trois-quart centre. De plus les argentins Gurruchaga et Tiesi sont des recrues prometteuses. Donc le Stade Français a les moyens de rebondir cette saison et de jouer les troubles fêtes. Néanmoins, l’équipe du président Max Guazzini est à l’image de son stade Jean Bouin : en reconstruction. Pour la peine, c’est à Charlétty que les soldats roses évolueront cette saison.

Castres

Le Castres Olympique est la bonne surprise du dernier exercice. A 27 ans, Benjamin Kayser est la principale recrue du club. A un an de la coupe du monde, il avait besoin de se relancer et de quitter la capitale où il jouait le rôle de doublure du talonneur Dimitri Sarzewski. Castres pourra également compter à l’arrière sur son taulier, Romain Teulet qui porte les couleurs du club depuis onze ans. A 32 ans, celui qu’on surnomme Robocop est toujours au sommet de sa forme. En inscrivant 263 points, il a terminé meilleur réalisateur du dernier championnat. Chris Masoe s’est également distingué en inscrivant 6 essais et en se classant parmi les meilleurs marqueurs. Ce qui constitue une performance de la part d’un avant…. En inscrivant 6 essais également, le deuxième ligne Tongien, Josefa Tekori a réalisé la même performance. Avec 992 mètres parcourus, on a vu que le Néo-Zélandais Chris Masoe était l’avant qui avait gagné le plus de terrain balle à la main. Le trois-quart aile, Andreu est une des grandes satisfactions de la saison passée.

Quelles sont les équipes qui vont se battre pour le maintien ?

Brive

Brive a failli se qualifier pour les barrages la saison dernière. Il y a des joueurs talentueux dans ce club comme Arnaud Méla en deuxième ligne ou Anthonie Claasen en troisième ligne. Estebanez et Palisson sont des grandes satisfactions également. A 1 an de la coupe du monde, ils auront à coeur de se distinguer dans ce championnat de France où ils ont une belle carte à jouer. Mais est-ce que ce sera suffisant pour maintenir Brive à flot dans le Top 14 ?

Montpellier

Le Club de Montpellier enregistre l’arrivée des deux entraîneurs Eric Béchu en provenance d’Albi et de Fabien Galthié. Ce club dispose de deux stars : François Trinh-Duc qui s’est imposé comme demi d’ouverture de l’équipe de France qui a remporté le grand chelem et son leader Fulgence Ouedraogo. Le club Héraultais à développé une Ouedraogo dépendance la saison passée car chaque fois que son troisième ligne ne jouait pas, le club a perdu. Si le buteur Todeschini a pris sa retraite, le club enregistre l’arrivée d’une perle du pacifique, l’ailier Fidjien de l’Ulster, Timoci Nagusa. Il mesure 1,95 mètres pour 95 kilos. Il a inscrit deux essais au cours de ses trois premières rencontres avec sa sélection. A 22 ans, ce jeune ailier rapide et finisseur a acquis de l’expérience en Irlande où il a joué avec l’Ulster ces deux dernières saisons. C’est un jeune ailier dont le profil rappelle celui de Nalaga. Montpellier devrait se maintenir sans problème dans le Top 14 sans forcément jouer les premiers rôles.

Bourgoin-Jallieu

La saison s’annonce très difficile du côté de Pierre-Rajon. Le club en proie à des difficultés financières l’an passé annonce de grandes ambitions dans les années à venir. Le président Maulin vise les six premières places d’ici 3 à 5 ans. Mais son budget de 9,7 millions semble trop modeste pour lui donner les moyens de ses ambitions. Surtout après le départ de Benjamin Boyet son demi d’ouverture parti à Bayonne. Bourgoin-Jallieu reste un bon club formateur comme l’attestent Florian Fritz, Yann David ou Morgan Parra entre autres. La seule recrue de poid semble être Alex Tulou, le troisième ligne Néo-Zélandais qui évoluait au sein de la franchise NPC de Taranaki après avoir porter les couleurs des Wellington Hurricanes. C’est un joueur polyvalent, puissant et rapide qui gagne ses duels et peut jouer à tous les postes de la troisième ligne. Comme beaucoup de clubs issus de petites ou moyennes villes, Bourgoin-Jallieu a du mal à exister dans l’élite du rugby Français à l’ère du professionnalisme. Le défi des Berjaliens sera de prouver cette saison qu’on peut être un bon club formateur et jouer en même temps les premiers rôles dans l’élite du rugby.

Bayonne

Le club Basque ne doit son maintien dans le top 14 qu’aux ennuis financiers de Montauban et à sa rétrogradation administrative. Car sportivement, Bayonne a terminé treizième la saison passée. L’arrivée d’un nouveau sponsor, Alain Afflelou, a permis au club de recruter des joueurs comme Benjamin Boyet, le demi d’ouverture de Bourgoin ou le pilier Clément Baïocco en provenance du Racing Metro qui avait été sélectionné par Marc Lièvremont au Tournoi des VI Nations. De plus, le transfert au Racing de son ailier vedette, Benjamin Fall a constitué une manne financière de 500 000 euros. Peu utilisé à Toulon la saison passée, Tonga Lea-Aetoa aura à coeur de s’imposer dans cette équipe Basque. Agé de 33 ans, le pilier Tongien s’est engagé pour une saison en faveur de l’Aviron. C’est un excellent joueur qui compte pas moins de 30 sélections avec l’équipe nationale du Tonga. Il devrait apporter du poid au pack Basque qui visera le maintien cette saison.

Agen

Avec un budget de 10 millions d’euros, la moitié de la plupart de ses concurrents, Agen a été contraint à un recrutement sage. Le club a remporté la saison passée le championnat de Pro D2 ce qui lui a permis de se hisser cette saison dans le TOP 14 où il fera figure de petit poucet avec La Rochelle, l’autre promu dont le budget n’est guère plus important (8 millions d’euros). Agen rêve de retrouver son lustre d’antan. Pour se maintenir dans l’élite, il pourra compter sur son ailier Fidjien Caucaunibuca. Il a inscrit la saison passée 13 essais en 25 matchs de Pro D2 et a été l’un des grands artisans de la remontée. Rupeni Caucaunibuca, s’il reste à Agen, promet d’être l’une des stars de ce championnat. C’est un ailier atypique au physique de pilier (1,80 mètres pour 106 kilos). Mais c’est l’un des joueurs les plus spectaculaires et les plus rapides du monde. Ce joueur hors norme peut gagner un match à lui tout seul. Il est arrivé en 2004 à Agen qui l’a repéré suite à la coupe du monde 2003. Il a été meilleur marqueur du TOP 14 en 2005 et en 2006 et il a été élu meilleur joueur du top 14 en 2006. En 2007, il avait disputé un match d’anthologie contre Toulon où il avait inscrit 3 essais (victoire finale d’Agen 33-0). Agen a plus que jamais besoin de son ailier supersonique pour se maintenir cette saison. Le recrutement a également vu l’arrivée de Courrent au poste d’ouvreur.

La Rochelle

Après 8 ans de purgatoire, La Rochelle est promu dans le Top 14. Les dirigeants parient sur la dynamique de la montée tout en apportant quelques retouches. Est-ce que ce sera suffisant pour ne pas imiter Albi la saison passée ? J’en doute. Mais j’espère bien me tromper pour les Rochelais. C’est grâce à un succès en finale des barrages contre le LOU que les Rochelais ont gagné leur billet cette saison dans le TOP 14. Ce fut un match très disputé où les Rochelais ont renversé la tendance après avoir été mené 3 essais à 0 au bout d’une demi-heure. Le club doit cette victoire à ses leaders dont le demi de mêlée Benjamin Ferrou qui a parfaitement cornaqué le pack Rochelais. Cette victoire en barrage était inespérée face au LOU qui avait battu La Rochelle au cours des ses deux confrontations de la saison. La Rochelle avait déjà souffert en demi-finale face à Oyonnax en s’imposant 6 à 3. Parmi les joueurs qui ont gagné de haute lutte cette montée, les coachs pourront s’appuyer sur le buteur Dambielle. L’ancien Biarrot, double champion de France, a été l’un des atouts majeurs de la Rochelle la saison passée. Pour Benjamin Ferrou qui était considéré comme le meilleur demi de mêlée de Pro D2 l’an passée, cette accession au Top 14 constitue une belle revanche sur la maladie, un diabète de type 1 qui l’a privé plus tôt d’une belle carrière professionnelle à Bourgoin qui s’offrait à lui. A 32 ans, ce dynamiseur dans le jeu offensif constitue l’un des points forts de l’équipe. Serge Milhas, l’entraîneur des Maritimes reste quand même pessimiste car il affirme : « Nous avons très, très peu de chances de nous maintenir. »

Si le TOP 14 est devenu de plus en plus attractif, c’est parce que ses règles privilégient le jeu offensif. De plus, 10 équipes peuvent être impliquées jusqu’au bout par les six premières places ce qui entretient un suspense hitchcokien. Les nouveaux sponsors et les nouveaux acteurs attirent des joueurs très prestigieux qui à leur tour attirent de nouveaux sponsors. C’est donc un cercle vertueux qui tend à rendre ce championnat de plus en plus populaire.







Secret Life of a teenager |
le cinématographe |
liensdefilms |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Un Cinéphage
| Mon ciné à moi
| FESTIVAL DE CANNES 2010